06/12/2021 – La BNS a-t-elle lâché le franc suisse ?

06/12/2021 – La BNS a-t-elle lâché le franc suisse ?

Le franc suisse atteint en ce début décembre des sommets par rapport à l’euro. Ce matin il ne faut plus moins de 1,04 CHF pour avoir 1 Euro, soit un plus haut depuis l’été 2015. Dans les crises précédentes, la Banque Nationale Suisse était largement intervenue sur les marchés pour soutenir le franc pour l’empêcher de passer sous les 1,05, dans le but de maintenir la compétitivité des entreprises suisses. Cela ne semble plus nécessaire ? Explications.

L’inflation change tout

Non, la BNS n’a pas abandonné son soutien à l’économie suisse, c’est juste qu’elle n’a pas encore besoin d’intervenir car un autre paramètre entre en jeu : l’inflation. En termes de compétitivité, ce qui est important, c’est le change effectif réel, en tenant compte de l’écart d’inflation entre les pays partenaires. Pour bien comprendre, prenons l’exemple d’une chambre d’hôtel dans un pays étranger qui vaut 100 avec un taux de change de 1  pour 1. En 2020, il vous fallait donc 100 pour réserver ce séjour. L’année suivante, la monnaie du pays étranger a chuté de 20% ! Super vous allez pouvoir pouvoir rester plus longtemps. Dans le même temps, l’hôtelier vous explique qu’avec l’inflation le prix de la chambre a augmenté de 30% pour passer de 100 à 130. La chambre vous coûte finalement 108….Fini les rêves de séjour, même si votre monnaie s’est appréciée. Vous l’aurez compris, la compétitivité du pays ne s’est pas dégradée en dépit de la baisse nominale de son cours de change.

Le taux change réel du franc suisse a baissé

Dans le cas de la Suisse, bien que le cours du franc se soit apprécié, le taux de change réel à baissé du fait de l’inflation. L’inflation en helvétique sur les 12 derniers se situe à 1,5% contre 4,1% pour la zone euro, principal partenaire économique. Cette inflation moins forte que ses partenaires permet à la Suisse de limiter l’impact de l’appréciation de sa monnaie. Dans ce contexte, la BNS , dont le principal objectif demeure la compétitivité des entreprises du pays, n’a pas besoin d’intervenir.

Pour les frontaliers, un taux de change à ce niveau représente une jolie opportunité de pouvoir d’achat. Bloquer un cours de change à ce niveau pour les 24 prochains mois, peut s’avérer une bonne option pour son budget et une bonne nouvelle pour les cadeaux du père Noël ;-).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.